A Libertação dos Povos da Patologia do Poder

SHARE:   Share on Facebook



___________________________________________
Baixar o livro grátis!

___________________________________________



“Nous sommes la majorité , nous sommes 99% contrôlés maladivement
par 1% ; nous sommes la force et le véritable pouvoir (divin) sur terre.
Ayez l’espoir, nous serons bientôt libres.”
La libération des Peuples - La Pathologie du Pouvoir, page 24, Norberto Keppe, New York, 1986

APPEL

Nous appelons tous les individus pratiques, tous ceux qui ont un idéal et qui sont dynamiques, tous ceux qui croient au bien, à la vérité et à la beauté, à s’unir pour construire un nouveau monde, pour construire une nouvelle société qui soit le vrai règne de l’humanité sur la Terre, afin d’arriver à travailler pour nous-mêmes et à profiter de ce que le Créateur nous a légué et dont nous avons été privés jusqu’à maintenant par ceux qui détiennent le pouvoir économico-financier. Nous arrivons à une ère décisive et il n’est plus possible de continuer à nourrir les individus malintentionnés et qui se sont appropriés notre planète en organisant un ordre social qui ne bénéficie qu’à eux-mêmes – ne nous laissant que quelques miettes quand leur situation périclite ou quand ils sont vraiment obligés de le faire.

Vous pouvez noter que nous demandons à tous les peuples de participer à la plus grande de toutes les « révolutions » que l’humanité n’ait jamais connues. Nous vous appelons à redresser la société de l’inversion dans laquelle elle se trouve et à la remettre sur pieds – parce que nous ne voulons plus être la chair à canon des tout-puissants, ni les pilotes de leurs avions, ni les chauffeurs de leurs tanks de guerre, qui répandent la mort et la destruction. Nous voulons vivre la vie, nous voulons produire pour nous et pour nos frères, nous voulons vivre en paix avec tous. Nous ne pourrons plus permettre non plus que les tout-puissants continuent à nous utiliser et à nous tuer, jetant les classes les unes contre les autres, jetant les peuples les uns contre les autres, jetant les professions les unes contre les autres, nous voulons maintenant en finir avec tout cela parce que nous voulons vivre une ère de paix, à notre manière, et cela nous a toujours été refusé.

Je sais que la plus grande partie de ceux qui sont au pouvoir ne se rendent pas compte à quel point ils sont oppresseurs, ni même qu’ils sont des ennemis de l’Être humain. Il ne vient même pas à l’idée des capitalistes, des marxistes, des directeurs d’entreprises ni des religieux qu’ils naviguent dans la mauvaise direction. Nous devons leur montrer leurs erreurs pour que ceux qui ont de bonnes intentions abandonnent un tel chemin et s’unissent pour réaliser ce projet et, peu à peu, ceux qui sont contre le bien social seront neutralisés. Si vous me demandez comment réaliser une telle entreprise, je vous répondrai que, finalement, nous avons découvert la voie qui nous permettra de parvenir à cette libération, et que c’est ce que nous exposons dans ce livre.

                  Nous appelons tous les gens qui se sentent exploités – professeurs, ouvriers, fonctionnaires publics, commerçants, vendeurs, artistes – à s’unir pour pouvoir enfin créer une société de justice sur cette terre. C’est pourquoi nous pensons que :

1) La propriété privée, avec les dimensions qu’elle a prise, est une erreur, car la planète a été créée pour tous les Êtres humains et pas seulement pour un petit groupe qui exploite et lèse les autres, empêchant que tout le monde ait sa part.
2) L’Être humain n’est pas né pour être esclave de l’argent, mais pour exercer une activité au bénéfice de toute la collectivité, donc à son propre bénéfice.
3) Nous devons prendre conscience que les institutions ont été créées pour profiter exclusivement à quelques petits groupes qui exploitent les Êtres humains, les empêchant de se développer.
4) Les familles doivent servir la société, et non pas l’utiliser pour en tirer tous les avantages possibles comme le font certains groupes célèbres économiquement.

 

PROPOSITIONS

Pour éviter que cela se reproduise, nous proposons: 
1) Que toutes les organisations économiques appartiennent à tous ceux qui y travaillent, devenant ainsi des entreprises communes à tous.
2) Que chacun gagne selon la valeur de son travail, et non en rapport avec le capital qu’il a investi dans l’organisation.
3) La formation de Sociétés Trilogiques pour qu’elles puissent dominer les tout-puissants et les groupes d’exploitation.
4) L’élimination graduelle des grandes propriétés privées, afin que tous puissent en posséder une petite, sera l’unique moyen d’obtenir la paix entre les hommes et une vie sans angoisse. La Terre serait assez grande pour toute l’humanité si certains ne se l’appropriaient pas de manière si extravagante.

Il existe plusieurs types d’obstacles qui empêchent le peuple de prendre les rênes de son destin : 1) Ceux qui sont au pouvoir ne sont pas disposés à l’abandonner. 2) Tous ceux qui ont tenté de modifier le statu quo ont été sacrifiés (le Christ, Socrate, Martin Luther King). 3) La société a été organisée selon des lois qui favorisent les maîtres du pouvoir économico-financier, c’est pourquoi celles-ci doivent être changées. 4) La plupart des gens croient que la plus grande difficulté de toutes a été l’inexistence d’une science qui explique le phénomène social. Je pense que maintenant nous l’avons trouvée et il ne nous reste plus qu’à l’utiliser. L’être humain a toujours pensé qu’il suffisait de changer quelques petites choses pour changer l’humanité, mais il se trompait car, en fait, il est nécessaire de presque tout transformer pour atteindre le bien-être dont nous avons le droit de jouir et, pour y parvenir, nous devrons faire une transformation totale, à partir de la base.


                  Il semble que tout soit erroné. En ce temps de transformation totale, nous avons besoin de gens de très grande valeur et très courageux pour affronter le monde jusqu’à ce que nous l’ayons remis sur pieds. Au début, seuls quelques uns y parviendront puis, peu à peu, le nombre augmentera et nous arriverons à la réalisation totale – parce que ce qui est juste et bon est le symbole de ce qui est éternel, comme la vie. Nous désirons être libres comme l’est le Créateur, nous voulons profiter du ciel et des océans et construire un jardin pour y vivre, mais nous n’y arrivons pas. Pourquoi ? Parce que nous avons hérité d’une structure économico-sociale qui est notre ennemie. Jusqu’à maintenant il en fut ainsi, mais nous pourrons le modifier. Voulez-vous changer tout cela pour arriver à bien vivre ou continuer dans le vieux système d’exploitation humaine ? Je pense qu’en possédant une conscience saine (comme on a l’habitude de dire), personne n’accepte de stagner dans ce système, tout au moins depuis les années soixante où un grand nombre de jeunes se sont éloignés de ce type de société. N’est-il pas mieux de changer la société, que de continuer avec celle-ci qui est dépassée ? J’aimerais que vous sachiez tous que nous pouvons faire de notre vie un paradis, et que nous avons la possibilité de le faire maintenant, car nous ne sommes nés ni pour l’opprobre, ni pour la maladie, ni pour le malheur, mais au contraire pour le bien-être et la joie.


                  La lutte pour la liberté a atteint son summum à l’époque de la Révolution Française, de l’Indépendance Américaine et de l’élaboration de la Constitution des Etats-Unis. Kant versa des larmes de gratitude en voyant la lutte du peuple français et tous ceux qui ont assisté à de tels évènements ou lisent quelque chose sur cela sont très enthousiastes. Cependant, ce que nous pouvons observer maintenant, c’est une sorte d’esclavage certainement bien pire, qui vieillit le corps et l’âme en empêchant l’individu de développer son intelligence et ses sentiments, et qui l’oblige à passer sa vie d’une façon totalement bestiale. L’esclavage imposé par le pouvoir économique est beaucoup plus subtil que le précédent, car il a le pouvoir de paralyser l’esprit des scientifiques et d’aliéner l’homme, détruisant ainsi la civilisation elle-même.


                 L’heure est arrivée d’appeler les peuples de toutes les nations à faire quelque chose pour éviter à l’espèce humaine l’hécatombe qui se prépare, si nous continuons ainsi. Nous devons faire le grand pas et reconnaître l’origine principale de ce problème pour pouvoir le résoudre. C’est là le but de ce livre et de ma propre vie.


PLAN D’ACTION

Je crois qu’il est fondamental que le peuple ait une attitude qui permette aux découvertes de ce livre de ne pas rester au plan théorique. C’est pourquoi je vous propose  ce plan d’action :

1) La formation de groupes pour étudier le problème de l’esclavage du peuple écrasé sous le joug du pouvoir économico-financier.

2) La diffusion de ces théories dans toute la société, et principalement, au sein des organisations et auprès des leaders sociaux.

3) La formation d’Entreprise Trilogiques, de corporations, de boutiques et de productions agricoles ayant pour finalité de fournir des bénéfices à ceux qui y travaillent.

4) L’organisation de Sociétés Trilogiques ou mieux encore d’un type de vie communautaire, plus pratique, plus moderne, plus économique. Note : vous trouverez à la fin de ce livre une explication détaillée de ces organisations, montrant à quoi elles servent et comment les créer.

5) Nous devons commencer ce travail dans les secteurs qui exploitent le plus la population, que ce soit à travers le commerce ou les affaires, établissant un pont entre les agriculteurs et les industriels.

6) À mesure que les Entreprises Trilogiques deviendront suffisantes pour répondre aux nécessités du pays, le peuple devra saboter toutes les autres organisations qui l’exploitent.

7) Il faut constamment surveiller les politiciens qui sont directement liés aux pouvoirs économiques, de manière à éviter qu’ils ne placent leurs intérêts avant les idéaux de la nation. Observation : il est important de conscientiser les individus chargés de la répression sociale (les policiers), pour éviter qu’ils se rangent du côté du pouvoir socio-économique, au détriment du peuple.

8) Il faut encourager tous les individus bien intentionnés, c’est-à-dire les vrais leaders, à agir pour le pays et à tenter d’atteindre leur grand rêve de liberté et d’égalité.

9) Il est important que les deux tiers de la population qui est formé de gens normaux, productifs et idéalistes, participent à ce genre d’action qui nous permettra, en peu d’années, de transformer la surface de la terre.

Conclusion: notre lutte ne doit pas se baser sur la violence, nous devons laisser les individus en proie à la méchanceté (les tout-puissants de l’économie) mourir de leur propre haine.

Norberto R. Keppe
La libération des Peuples – La Pathologie du Pouvoir, Éditions Proton, New York, 1986

ÉCONOMIE ET ENTREPRISES TRILOGIQUES

Norberto R. Keppe, psychanalyste, philosophe et scientiste social apporte dans son livre « La Libération des Peuples » (New-York 1986), une nouvelle dialectique de l'économie et du travail. Sa vision du travail et du capital est la suivante:

1) La fin de la spéculation: le capital, comme résultat du travail, doit être subordonné à celui-ci (au travail) et pas comme cela se fait dans la dialectique actuelle, où le capital "génère" du capital. Les intérêts des banques doivent cesser.

2) et la fin de l'exploitation: elle est essentielle à la dignité de l’Être humain pour qu’il soit «propriétaire» de son travail et des fruits de celui-ci. L’emploi, tel qu'il est aujourd'hui, est immoral puisqu’il rend l'homme esclave et le force à passer son existence à travailler pour enrichir une minorité de personnes détentrice d’une puissance maladive.

• Ni socialisme
• Ni capitalisme
• Mais une troisième voie indépendante et totalement nouvelle qui offre des solutions pratiques aux problèmes des individus et du tissu socio-économique des classes productives, cette proposition est différente des modèles communistes et capitalistes. Grâce à elle, le pouvoir de l'argent est remplacé par le travail et par la réalisation.

Plusieurs compagnies trilogiques ont été organisées depuis 1985, aux États-Unis, en Europe et au Brésil et fournissent un style de travail et de rémunération qui est bien supérieure à la moyenne de la société.
L’entreprise trilogique est un nouveau modèle d'affaires visant à résoudre
les problèmes fondamentaux du système économique actuel:

• La société est basée sur la valeur du travail et non sur l'argent investi.
• Les salaires et les profits sont répartis selon la productivité individuelle.
• Tous ceux qui travaillent dans l'entreprise doivent participer à un programme de conscientisation des erreurs et des attitudes pathologiques qui nuisent à leur productivité.

Keppe a développé ces découvertes aux États-Unis où il a été victime de multiples persécutions, orchestrées par les autorités et les pouvoirs socio-économiques internationaux, qui ont tenté de freiner son travail.

Cette persécution a abouti à son arrestation et celle de son assistante Claudia Bernhardt de Souza Pacheco en 1988 à New York, avec une tentative d’assassinat par empoisonnement en prison (MCC) et la confiscation de tous leurs biens et de leurs manuscrits.

Aujourd'hui, à 87 ans, Keppe poursuit son travail à Sao Paulo, accompagné d'un groupe international d'adeptes qui appliquent ses idées dans leurs propres entreprises. Plus récemment, il a unifié la sagesse de la métaphysique ancienne avec la science moderne, avec comme aboutissement le livre « La Nouvelle Physique dérivée de la Métaphysique Désinversée ».

Basé sur ses théories, un groupe d'ingénieurs de l’Association « Stop à la Destruction du Monde » a développé le Keppe Motor – une technologie de moteurs d’une grande durabilité et capable d’économiser jusqu'à 15 fois plus que les moteurs conventionnels.

 


Langues
Portugais
Anglais
Espagnol
Italien
Suédois
Finnois
Français
Allemand
Russe

Un appel à l’action en PDF



 

Liens


Visites




Appui


STOP à la Destruction du Monde

Copyright © 2011 A Call to Action- Liberation of the People from the Pathology of Power - All Rights Reserved.